Quand c'est la chirurgie qui apporte la solution

5 hónapja

 
Elvira, maman de 3 enfants, est soldate. Ses enfants sont nés naturellement, par césarienne, puis par VBAC (vaginal birth after cesarean), et sont déjà grands. Lors de notre première rencontre, Elvira m'a dit qu'elle devrait subir une intervention chirurgicale (diastase+hernie ombilicale) et qu'elle était déterminée, mais qu'elle voulait toujours faire de l'exercice jusque-là. 
 
Lorsqu'elle m’a contactée avec ses plaintes, la distance entre ses muscles abdominaux droits était de 8 cm de large au-dessus de son nombril et de 5 cm de large sous son nombril, accompagnée d'une très grosse hernie ombilicale. De plus, elle s'est plainte de la faiblesse des muscles du plancher pelvien. Lors de notre première rencontre, l'une des pas de base de l'échauffement (levage du genou) était impossible pour elle, uniquement après avoir collé le ventre avec du Kinesio Tape, nous avons donc dû commencer de loin. Elle a reçu la série d'exercices régénératifs de base comme devoirs et nous avons également dû travailler sur la conscience corporelle et faire de sérieux travaux d'amélioration de la posture. 3 mois et 3 rencontres plus tard, la circonférence abdominale a diminué de 6 cm et la largeur de la distance était de 3 cm au-dessus du nombril et 1,5 cm en dessous du nombril. À ce moment-là, je pouvais déjà mesurer sa longueur : la distance était de 13 cm de long.
La hernie ombilicale d'Elvira n'aurait été éliminée par aucun exercice, seulement par l'opération, de plus, en tant que soldate, elle devrait passer chaque année des tests qu'elle ne pourrait pas effectuer avec ce ventre. Je ne voulais pas la dissuader de l'opération, car il y a vraiment des situations où c’est la chirurgie qui apporte la solution et elle n’aurait pas pu éviter la chirurgie à cause de la hernie. Mais nous savions que l'exercice avant la chirurgie réduirait la diastase, et avec les exercices RTM, un musculature plus tonique et un tissu conjonctif plus souple contribueraient à l'efficacité de la chirurgie et accéléreraient également la régénération ultérieure.
Cette opération a eu lieu il y a 2 mois, un an après notre première rencontre. Elvira nous raconte avec ses propres mots :
 

« J'ai été opérée il y a deux mois. Mes photos avant et après sont différentes...
 
 
...Selon le doc, la hernie ombilicale et la diastase étaient grandes. Pour moi, c’est la chirurgie qui a apporté la solution. Les deux derniers mois n'ont pas été faciles. Les 8 semaines sont passées très lentement. Pas « de jour en jour, je vais mieux », mais de semaine en semaine. Pendant les 3 premières semaines, je ne pouvais m'allonger que dans une pose semi-assise avec plusieurs oreillers et les jambes relevées en lettre V. Oreiller sous le genou. Après environ 6 semaines, j'ai essayé de m'allonger sur le côté. Oh, et les enfants qui n'arrêtent pas de rebondir à côté de moi sont un défi à part. Je suis sans attelle maintenant. (Elle devait porter une attelle 24 heures sur 24, 7 jours sur 7). Mais quand je serai exposée à une charge, je dois continuer à la porter, par ex. pour la gymnastique, la course à pied. Je n'ai plus besoin de retenir les éternuements. Je dois faire un peu attention quand je tousse pour être prudente. Soulever est encore à oublier. Mon ventre est dur, tendu, je ne sais pas quand va-t-il se détendre. Les cicatrices ont joliment guéris. Je me lève toujours du côté. Je n'ose pas encore m'asseoir. Je ne sais pas quel exercice faire et comment, quand le muscle abdominal droit retrouvera-t-il sa chargeabilité totale. Je pense: encore de la patience pendant quelques mois. Le bénéfice perçu de l'intervention jusqu'à présent est que je ne me lève plus pour faire pipi la nuit. Ce qui était typique ces derniers temps. Mon ventre est plat, et dans mon habillement : je peux remettre des hauts plus serrés et je ne couvre plus mon ventre. J'avais l'habitude de recevoir des félicitations pour le bébé en route. C'est à peu près tout. »
 

Après la récupération d'Elvira, nous réintégrons le RTM, car c'est toujours la meilleure méthode pour prévenir la récurrence de la diastase et de la hernie (qui peut se reproduire après une telle chirurgie abdominale en raison d'un entraînement inapproprié ou de la négligence des exercices appropriés), et le mouvement fait du bien aux tissus. Je lui recommande également un massage de cicatrice.
Merci Elvira d’avoir partagé votre expérience et nous vous souhaitons un rétablissement complet.

 
 
 
Vissza