POURRAIT-IL Y AVOIR UN LIEN ENTRE LE PROLAPSUS UTÉRIN ET LE DIASTASIS DES GRANDS DROITS ?

1mois

Lorsque l'orifice utérin arrive devant la vulve, on parle de prolapsus partiel, et lorsque l'utérus sort du vagin, on parle de prolapsus complet.
Elle est due à une faiblesse acquise ou congénitale des ligaments de soutien et de suspension de l'utérus. Dans la grande majorité des cas, elle est causée par une blessure du muscle levator ani lors de l'accouchement.
 
Facteurs prédisposants :
 
  • phase de dilatation et/ou d'expulsion prolongée
  • foetus grand
  • intervention chirurgical (forceps / ventouse)
  • défaut de réalisation d'une épisiotomie
  • la sortie forcée du placenta à travers l'abdomen
  • constipation après l'accouchement
Augmente la tendance au prolapsus :
 
  • ménopause
  • carence en œstrogène
  • obésité
  • maladie pulmonaire chronique
  • et tout ce qui augmente la pression abdominale (par exemple, les exercices abdominaux incorrects, les crunch, le tabagisme).
Il existe une corrélation entre le prolapsus utérin et le diastasis des grands droits : une pression abdominale accrue augmente le risque de ces deux phénomènes, et dans le cas du diastasis des grands droits, la perte de soutien des muscles des grands droits chargera plus le plancher pelvien.
 
Symptômes :
 
  • une douleur sourde et lancinante dans le bas de l'abdomen
  • douleur dans le bas du dos ("taille molle")
  • problèmes de rétention urinaire (gouttes quand on tousse, éternue, rit, fait des efforts)
  • infections des voies urinaires dues à l'urine restant dans la vessie
  • constipation et difficulté à évacuer les selles
  • irritation, inflammation et ulcération du vagin / de l'utérus proéminent 
  • pertes vaginales, saignements
  • l'utérus descend ou peut sortir lors des presses abdominales
 
Le traitement est chirurgical et conservateur.
Le traitement chirurgical chez les femmes âgées comprend l'hystérectomie vaginale et la vaginoplastie, tandis que chez les jeunes femmes, le choix se porte sur les solutions gardant l'utérus.
 
Traitement conservateur :
  • gymnastique vaginale et périnéale
  • réduction de l'obésité
  • l'arrêt du tabac (pour mettre fin à la toux provoquée par le tabac et réduire ainsi la pression abdominale)
  • utilisation d'un anneau vaginal
  • remplacement hormonal en cas de carence en œstrogènes
Heureusement, tout cela est évitable et la prévention doit être considérée comme une priorité absolue.
 
 
La prévention :
  • éviter les blessures à la naissance (prévention du travail prolongé, épisiotomie, protection périnéale)
  • un mode de vie sain
  • atteindre un poids corporel idéal
  • une activité physique régulière (exercices de renforcement abdominal correctement effectués)
  • entraînement du périnée
  • régénération du diastasis
 
Dr. Tímea Kerekes
Obstétricien-gynécologue
Fondatrice de la méthode RTM- Rectus Training Method
 
 
Vissza